.(La Société de Conservation du Présent)
.(SCP)
MONOGRAPHIE

 

Ayant comme toile de fond les trois concepts fondateurs du collectif, cette monographie trace le parcours inusité de .(La Société de Conservation du Présent) sur une décennie. Selon, 1. le principe d’archives, 2. l’art de la promesse et 3. le désoeuvrement, les auteurs explorent son univers et nous font découvrir les nombreux projets qui en ont découlé.

Sous la direction de Sonia Pelletier, en collaboration avec Michel Lefebvre et Bernard Schütze.




TABLE DES MATIÈRES
Préface

Venir après…
> Sonia Pelletier

Introduction

Histoire à suivre, pour le présent
Revisiter .( La Société de Conservation du Présent) .(SCP) à travers le regard d’un de ses membres fondateurs, Philippe Côté

> Bernard Schütze

1. le principe d’archives

Le principe d’archives de .(SCP)
> Denis Lessard

Pour une nouvelle cartographie
> Sonia Pelletier

2. l’art de la promesse

Tenir ou non promesse
> André-Louis Paré

L’ellipse. Quatres épisodes dans la vie de la .(SCP)
> Guy Sioui Durand, Tsie8ei, 8enho8en

3. le désœuvrement

La mise en épochè de l’.(œuvre)
> Michaël La Chance

Mes traces .(SCP)iennes
> Philippe Bézy

Et un mot sur le 4e picot
> François Côté

Des actions infiltrantes

À l’aube des nouveaux médias

Artistes à la conquête d'un nouveau médium : l'approche .(SCP)ienne de la programmation
> Michel Lefebvre

Musée Standard. Culture légitime.
> André Éric Létourneau

La ‘Calembredaine : la verve poétique du hasard
> Philippe Bézy et Michel Lefebvre

Des pictogrammes

Biographies
Chronologie
Bibliographie

Biographies des membres fondateurs de la .(SCP)

Joseph Alain Gabriel Bergeron (. né à L'Abord-à-Plouffe le 17 mars 1960)

Alain Bergeron, bachelier en communications, a comme champs d'intérêt principaux le langage, le mouvement, la logique, la technologie et la science. Débutant en tant que cinéaste et vidéographe (il remporte un premier prix en cinéma expérimental au Festival international du film de Montréal en 1979), il se consacre depuis 1983 presque exclu­si­vement à la programmation, remportant en 1985 le prix Pomme d'Or de Apple France pour son logiciel Photo. Il a conçu plusieurs systèmes informatiques pour des artistes tels que Alain Thibault, Miguel Raymond, Monty Cantsin, Pierre Zovilé et François Girard. Aujourd'hui, presque 30 ans plus tard, Bergeron s'intéresse exactement aux mêmes choses et il passe toujours autant de temps à concevoir ses systèmes informatiques.


Joseph Philippe Daniel Roger Côté (. né dans le Centre-Sud de Montréal le 27 janvier 1957, décédé le 25 août 2011)

Philippe Côté, bachelier en philosophie, utilise la ruse, la parole et la clandestinité comme méthode d'intégration sociale. Il fut candidat Rhinocéros dans le comté de Verdun aux élections fédérales de 1984. S'intéressant aux objets de collection, il tra­vaille actuellement comme libraire en livres anciens. Ayant comme champs d'intérêt princi­paux la lecture et les sciences humaines, il travaille depuis 1982 dans le domaine de l'art. Il commence sa carrière par une exposition rétrospective de ses propres œuvres réalisée in absentia au Musée d'art contemporain (Entre la magie et la panique, 1983). Il réalisa une exposition consistant en un récit de voyage (Montréal-Turin / L'effon­drement de Nietzsche, 1984) pour ensuite animer une galerie éphémère avec Jean-Pierre Gagnon (Une vérité sur le secret de Fatima, 1984). Depuis, il ne signe plus rien hormis l'illusion de ses initiales dans le mot « COPIE ». Philippe Côté est devenu plus tard « ami des ruines ». Il cherche les ruines. Chaque époque en possède. Lesquelles nous seront actuelles : le patrimoine, les autoroutes, nos lieux natals, certaines vitesses, des mœurs ? Issu de mouvements artistiques urbains des années 1980 tel le mouvement Néoïste et bien sûr, .(La Société de Conservation du Présent), cet artiste du Centre-Sud de Montréal lutte pour la survie des traces urbaines et transpose en art actuel les événements majeurs aux répercussions sociologiques dont, à titre d'exemple, Tomba le verglas, plaque monument, Roxton Pond, 1998. Il nous a quittés en 2011 et selon son souhait, il mérite aujourd'hui un livre.


Joseph Jean Rolland Dubé (. né à Shawinigan le 3 septembre 1963)

Jean Dubé, diplômé en direction artistique d'un école d'art de Montréal, a comme champs d'intérêt principaux la libre circulation de l'information, le paradoxe de la dua­lité et le XXe siècle. Travaillant surtout le bidimensionnel encadré, il utilise la photo­graphie, l'écriture, la propagande et l'ordinateur comme médias principaux. Les années 1990 ont été pour lui une période de solitude dans laquelle il a essentiellement écrit et publié quel­­ques livres dont Vouloir de l'art (Paje Éditeur, Montréal, 1991), Gloire (Boréal, Montréal, 1996), Venir après (Éditions Dazibao, coll. Des photographes, Mont­réal, 1999) et Le Fanfaron (Éditions des Glanures, Shawinigan, 2000). Le début du millé­­naire a été entièrement consacré aux médias numériques, d'abord en tant qu'artiste photographe puis en tant que vice-président au développement du contenu de iStockphoto.com – où l'on peut voir encore beaucoup de ses photographies. Après un long séjour à Calgary, il est maintenant revenu dans sa ville natale.



Biographies des auteurs

Né en France l'année du spoutnik, Philippe Bézy suit sa famille au Québec en 1965. Depuis, son parcours est marqué par la recherche anthropologique et l'expérimentation sonore. Dans les années 1980, à Montréal, il anime à Radio Centre-Ville l'émission hebdomadaire De l'animal à la machine. Colocataire de la .(SCP), il complète un baccalauréat en communication à l'Université du Québec à Montréal et participe aux réalisations du collectif. Il dirige aussi Les Septix, un groupe d'expérimentation sonore et de performance audiovisuelle. Au début des années 1990, il expose au Centre Copie-Art les résultats de ses pratiques hétérogènes, dont une recherche en arts visuels basée sur les empreintes d'étampes et l'installation interactive Une histoire de sons. Monteur vidéo à la Télé-Université (TÉLUQ), il entreprend une mineure en anthropologie à l'Université de Montréal et collabore pendant près de dix ans à la sonorisation du Spiritual Gathering/Pow Wow de Kanesatake. Il mène ensuite une maîtrise en histoire de l'art à l'Université du Texas dont la thèse a pour sujet Maya Shell Trumpets: a Musical Instrument as Ritual Implement. De retour à Montréal, il partage son temps entre la recherche de bruit électronique, l'écriture et l'emploi du temps d'un aidant naturel.

François Côté est libraire depuis toujours mais sous son nom depuis 1986. Éditeur du domaine Internet Bibliopolis.net, il est membre de l'Association de la librairie ancienne du Canada (ALAC), de la Ligue internationale de la librairie ancienne (LILA), de la Confrérie de la librairie ancienne du Québec (CLAQ). Il possède une formation universitaire en lettres et en histoire ancienne (UQAM, 1975-1978) et en archivistique (Université de Montréal, 1986). Il a publié dans Reliures et Papiers (Montréal), L'Épuisé (Montréal), Documentation et Bibliothèques (Montréal, ASTED) et dans Arts et Métiers du Livre (Paris). Il est animateur d'ateliers et évaluateur pour diverses institutions, dont le Conseil national d'évaluation des archives (CNEA), Bibliothèque et Archives Canada, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, l'Université du Québec à Montréal, l'Université de Montréal, l'Université McGill, l'Université Concordia, l'Université Laval, le Musée d'art contemporain de Montréal, le Musée national des beaux-arts du Québec, le Centre canadien d'architecture et le Musée McCord.

Wendat (Huron) de Wendake, Guy Sioui Durand est sociologue (Ph.D.), critique d'art et commissaire d'exposition. L'art actuel et l'art amérindien sont ses domaines d'intervention. Cofondateur des Éditions Intervention, membre du collectif des Conservateurs autochtones du Canada, il était de la délégation des Conservateurs autochtones du Canada à la Biennale de Venise en 2011. Auteur de plusieurs essais, son livre L'art comme alternative. Réseaux et prati­ques d'art parallèle au Québec. Sociologie critique demeure une référence. En mai 2013 il propose Fabuleux Dédoublements à la maison de la culture Frontenac de Montréal. Ses « conférences-performances » sur les scènes locales et internationales font forte impression, dont, en 2012, Déambulation-Mémoire au Symposium de sculpture (Saint-Jean-Port-Joli), Le Capteur des ombres pour l'exposition Curtis. Un projet démesuré (Musée McCord) et Capteur de rêves humains avec les collectifs Beyond/Tar Isteach (Belfast). Guy Sioui Durand enseigne « Regards sur l'art actuel » à l'UQAC et « Art autochtone » à l'institution Kiuna à Odanak. siouidurand.org

Michaël La Chance est philosophe et écrivain. Professeur titulaire de théorie et d'histoire de l'art et directeur du Département d'arts et lettres de l'UQAC, chercheur au CELAT, Centre interuniversitaire d'étude sur les lettres, les arts et les traditions, membre du comité de la revue Inter art actuel, président des Éditions Intervention (Le Lieu et Rencontres internationales de performance) à Québec, il a publié plusieurs essais, dont le plus récent : Œuvres-bombes et bioterreur, L'art au temps des bombes, Québec et Paris, Inter Éditeur et Productions New Al Dante, 2007. Auteur de recueils de poésie, il a publié récemment [mytism] Terre ne se meurt pas, Triptyque, 2009 (finaliste prix de poésie de l'Académie des lettres 2010 et prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice), et un roman : De Kooning malgré lui. Montauk ~ Cassino, Triptyque, 2011. Il vient de faire paraître : Le Cerveau en feu de M. Descartes, une méditation personnelle sur la nuit des songes de Descartes, toujours chez Triptyque, 2013.

Michel Lefebvre est un auteur ayant investi le champ des arts numériques, poursuivant une pratique poétique multidisciplinaire et collaborative amorcée dans les années 1980. En 1989, il publie une « édition spéciale » d'un journal poétique sous forme de manifeste, Sous le manteau – Le gouvernement mondial, avec le soutien à l'infographie de Joseph Jean Rolland Dubé. Il mène ensuite divers projets artistiques, dont le photoroman Liquidation réalisé avec la photographe Eva Quintas, produit en version web-radio pour Radio-Canada (1998) et en cédérom sous forme de fiction aléatoire (1999) avec le programmeur Alain Bergeron. Fort de cette expérience, il réalise de nombreux sites pour des institutions culturelles et poursuit l'exploration de la fiction interactive, notamment avec l'Agence TOPO, dont il est l'un des fondateurs. Il signe régulièrement des articles pour le portail web de Culture pour tous, où il témoigne d'initiatives de rapprochement entre les pratiques artistiques et la sphère sociale.

Denis Lessard est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'art et d'un certificat en archivistique de l'Université de Montréal (1985 et 2010). Outre son activité de créateur et de critique d'art, il œuvre également comme traducteur, commissaire invité, enseignant en histoire de l'art et, plus récemment, comme consultant en gestion de documents et d'archives pour des organismes culturels. Parmi ses écrits récents, on retrouve une étude sur les centres d'artistes autogérés publiée dans la revue Archives (vol. 43, no 1, 2011-2012) ; un compte rendu dans esse no 75, printemps-été 2012, de l'ouvrage d'Anne-Marie Proulx et Sabrina Russo, Historique de Skol commenté, un texte de fond sur les installations de Thérèse Chabot dans la publication Majestueuse fragilité (Expression, Saint-Hyacinthe, 2013) et le texte de l'opuscule de son exposition La fragilité du toujours (Expression, Saint-Hyacinthe, 2011) ; un compte rendu de l'étude de Vincent Bonin (dir.), Protocoles documentaires (esse, no 69, printemps-été 2010) ; un commentaire sur l'exposition de l'artiste britannique David Miles à la galerie articule (Montréal, 2009) et des textes fouillés pour la publication Champs d'intérêt 2005-2006 (3e impérial, Granby, 2008, en collaboration avec Martin Dufrasne) et L'envers de l'endroit (3e impérial, Granby, à paraître).

André Éric Létourneau est actif dans les mondes de l'art et de la production par la pratique de manœuvres furtives ou infiltrantes. Réalisateur en radiophonie, auteur de hörspiel, il s'intéresse particulièrement à la sphère publique comme matériau d'intervention. Entre 1999 et 2001, il a réalisé plusieurs émissions pour Radio-Canada portant sur les musiques expérimentales et les arts numériques (dans lesquelles il a notamment fait intervenir Philippe Côté de la .(SCP). Ses manœuvres récentes ont été présentées à la Biennale d'Afrique de l'est (EASTAFAB-BURUNDI), à la Biennale de Paris, au Centre canadien d'architecture et par l'Electronic Music Foundation. Il a écrit des fictions pour le théâtre radiophonique, des essais sur l'interdisciplinarité, les arts électroniques, l'art-action et le patrimoine culturel immatériel pour les Éditions Intervention, Esse, The Thing, The Sirp, aux Éditions Non-Grata (Estonie), chez New Star Books, Lux et aux Presses de l'Université de Montréal. Actif au sein du centre DARE-DARE et du Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec, il est professeur à l'École des médias de l'UQAM, membre de l'Institut Hexagram-UQAM et de l'unité de recherche CNRS Art & Flux (Institut ACTE - Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Professeur de philosophie au cégep André-Laurendeau (Montréal), André-Louis Paré collabore à diverses revues québécoises se consacrant à l'art contemporain (Ciel variable, Espace sculpture, esse arts + opinions, ETC, Parachute). Il est aussi l'auteur de plusieurs opuscules et textes de catalogues. Au printemps 2005, il cosignait avec Patrice Loubier la troisième édition de la Manif d'art de Québec. Plus récemment, à l'été 2008, il était commissaire, avec Jean-Michel Ross et Élisabeth Pawlowski, de l'exposition Québec Gold, organisé par l'Œil de poisson (Québec) et l'Association HB (Paris) qui eut lieu à Reims (France). La même année, il fut aussi commissaire de l'exposition Hors de moi / Beside Myself consacrée à l'œuvre de l'artiste Daniel Olson. Présentée à Expression (Saint-Hyacinthe), cette exposition a été également montrée au printemps 2011 à la maison de la culture Côte-des-Neiges. L'ouvrage qui accompagne cette exposition Beside Myself / Hors de moi a obtenu le grand prix Grafika 2011. Il vit et travaille à Montréal.

Sonia Pelletier est active au sein de plusieurs organismes culturels québécois œuvrant dans le milieu de l'art contemporain en tant que coordonnatrice de projets, critique d'art, commissaire et éditrice indépendante. En plus de ses collaborations à de nombreuses publications de centres d'artistes à Montréal et en région, elle a notamment publié dans Le Devoir et dans les périodiques culturels Ciel variable, C Magazine, Espace sculpture, esse arts + opinions, Inter art actuel et dans Spirale dont elle a aussi été directrice artistique de 2006 à 2009. Elle a été coordonnatrice des Éditions Artextes de 2002 à 2005. Elle a également fondé et dirigé la maison d'édition PAJE (projet adapté à la jeune écriture) de 1989 à 1996, qui se consacrait à la publication d'ouvrages littéraires, de bandes dessinées et de catalogues d'exposition. Parmi les plus récents ouvrages qu'elle a coordonnés et dirigés, mentionnons : ATSA Quand l'art passe à l'action (ATSA, 2008), Culture pour tous. 10 ans des Journées de la culture (Éditions d'art Le Sabord, 2007) et L'imprimé numérique dans l'art contemporain (Les Éditions d'art Le Sabord, 2007). Elle coordonne actuellement l'édition de la revue Ciel variable.

Bernard Schütze est critique d'art, commissaire, théoricien de la communication et traducteur. Ses essais ont été publiés dans plusieurs revues d'art (Canadian Art, C Magazine, Ciel variable, Espace sculpture, esse arts + opinions, ETC, Parachute, Spirale, etc.) Il a écrit divers articles de catalogues, notamment dans Hors de moi / Beside Myself édité à l'occasion de l'exposition éponyme de l'artiste Daniel Olson à Expression, Patrick Bernatchez : Lost in Time publié par la Galerie de l'UQAM, et La Triennale québécoise 2011 : Le travail qui nous attend qui accompagnait l'événement organisé par le Musée d'art contemporain de Montréal. Il est aussi l'auteur de textes parus dans des monographies d'artistes dont Persistance sur le travail de Mathieu Beauséjour et Le Fil d'Ariane, exposé sur un projet d'Aude Moreau. Il a prononcé des conférences dans le cadre de plusieurs événements artistiques, principalement au Canada et en Europe. En tant que traducteur, il a traduit des œuvres de Jean Baudrillard, de Félix Guattari et de Heiner Müller vers l'anglais. D'origine allemande, il vit et travaille à Montréal depuis 1985.

Recherche